Les incroyables chutes de Sandro Giordano [In extremis]

« IN EXTREMIS – bodies with no regret » est la première série, prometteuse, réalisée par Sandro Giordano.

 

Paablo article Sandro GiordanoBurlesque et truculente, la mise en scène imaginée par Sandro Giordano statufie l’événement – normalement éphémère – d’une chute loufoque… ad vitam æternam.  Une éternité également gagnée par ces objets que les personnages tiennent férocement dans leurs mains, au péril de leur corps. C’est une sorte de portrait, celle d’une humanité en charpie, complètement détricotée par le poids des choses, que nous tisse alors le photographe.

Jouant sur l’inversement des temporalités et des échelles de valeurs, chaque image exprime une critique vis-à-vis du consumérisme ambiant et invite le spectateur à s’emparer de la casquette de Sherlock. Saurez-vous retracer la genèse de la dégringolade par l’observation d’indices – cette moquette d’objets futiles – minutieusement éparpillés sur la photo ?

Cette idée, raconte t-il à Fisheye Magazine, lui est notamment venue après une très violente chute à vélo à l’issue de laquelle sa main droite a été profondément abîmée, mais dont la si précieuse barre chocolatée, qu’il tenait alors fermement, est sortie indemne. Situation plutôt absurde puisqu’il paraît que… « pas de bras, pas d’chocolat » !

De cette folie – où l’éphémère devient éternel et le superflu, essentiel – Sandro G. nous propose d’en rire, avec lui et en couleur !

 

Aline N.

Si vous l’aimez autant qu’on l’aime chez Paablo, la série complète est à retrouver sur le compte Instagram de l’artiste
Instagram : remmidemmi

 

Author

admin5918

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.